La pale d’éolienne recyclable promet de mettre fin aux déchets de l’énergie éolienne

 

 

 

 

Siemens Gamesa, l’un des principaux fabricants d’éoliennes, a construit ce qu’il affirme être la première pale d’éolienne entièrement recyclable au monde, une étape importante vers la réutilisation de dizaines de milliers de pales.

 

Les éoliennes sont recyclables à environ 85 %, les pales et quelques autres éléments constituant le pourcentage restant qui ne peut être recyclé. Cela s’explique par le fait que les pales sont fabriquées avec divers matériaux composites, notamment des fibres de verre et de carbone, ainsi qu’un matériau central comme le bois ou la mousse de polyéthylène téréphtalate (PET), qui sont liés entre eux par de la résine.

 

Grâce à cette combinaison, les éoliennes sont légères mais résistantes, ce qui leur permet de se déplacer rapidement mais aussi de résister aux coups de vent.

 

Séparer tous ces matériaux est techniquement possible mais pas rentable. Des concepteurs ont trouvé des idées ingénieuses pour donner une seconde vie aux pales, comme les transformer en terrains de jeux, en abris pour vélos et en ponts pour piétons.

 

Mais, quoi qu’il en soit, des milliers de pales finissent dans des décharges chaque année et le problème s’aggrave car le secteur de l’énergie éolienne est en plein essor et, dans le but de produire plus d’énergie, la taille des pales augmente – certaines sont plus longues qu’un terrain de football.

Siemens Gamesa veut éviter tous ces déchets en créant « une économie circulaire de l’industrie éolienne », dans laquelle tous les éléments d’une éolienne sont réutilisés.

 

Une usine de pales de Siemens Gamesa au Danemark a produit les six premières RecyclableBlades de 81 mètres de long, et l’entreprise dont le siège est en Espagne a signé des accords avec trois sociétés européennes d’énergie renouvelable qui installeront des ensembles RecyclableBlade dans plusieurs centrales éoliennes offshore.

Les pales sont aussi solides et fiables que les pales offshore existantes, qui durent généralement environ 20 ans, a déclaré Siemens Gamesa. Elles sont produites selon les mêmes pratiques de fabrication, la seule différence étant qu’elles comportent une nouvelle résine qui se dissout lorsqu’elle est immergée dans une solution acide, ce qui permet à l’entreprise de séparer et de réutiliser les matériaux qui composent la pale. 

 

« La structure chimique de ce nouveau type de résine permet de séparer efficacement la résine des autres composants à la fin de la vie utile de la pale », a déclaré la société dans un communiqué. 

Siemens Gamesa a déclaré au Financial Times le mois dernier que les composants séparés ne peuvent pas être utilisés pour fabriquer de nouvelles pales car ils ne pourront pas résister à des vitesses de vent élevées. Cependant, ils pourraient être utilisés pour fabriquer des produits tels que des téléviseurs à écran plat, des étuis de vol et des pièces automobiles.

L’entreprise étudie si ces pales pourraient également être utilisées dans des projets d’éoliennes terrestres.

 

Un problème croissant

 

Plus de 130 pays exploitent la puissance du vent pour produire de l’électricité. La production d’énergie éolienne devrait connaître une croissance rapide au cours de la prochaine décennie, car de nombreux pays ont promis d’investir dans les énergies renouvelables pour réduire les émissions de carbone du secteur de l’électricité. Par exemple, environ 1 500 turbines ont été installées aux États-Unis en 2020, un nombre qui devrait croître de façon exponentielle au milieu des plans de l’administration Biden pour stimuler la production d’énergie éolienne.

 

L’année dernière, WindEurope, une organisation représentant l’industrie éolienne de l’Union européenne, a estimé qu’environ 14 000 pales de turbines seront mises hors service en Europe d’ici 2023, et selon Bloomberg, environ 8 000 pales seront démantelées aux États-Unis. 

 

L’industrie européenne de l’énergie éolienne a demandé une interdiction à l’échelle européenne de la mise en décharge des pales d’éoliennes d’ici 2025 : l’Autriche, la Finlande, l’Allemagne et les Pays-Bas ont déjà introduit des interdictions similaires. Les entreprises d’énergie renouvelable soutiennent une interdiction plus large car elles sont sûres de pouvoir concevoir des pales recyclables.

 

Plusieurs entreprises prennent des mesures dans ce sens. 

 

En mai dernier, Vestas, le plus grand producteur d’éoliennes au monde, a déclaré qu’il travaillait sur une nouvelle technologie pour recycler ses pales, et à la fin de l’année dernière, GE Renewable Energy a dévoilé un programme de downcycle des pales d’éoliennes terrestres en ciment dans le cadre d’un accord avec Veolia, une société de gestion des ressources.

« Les pales qui ont été retirées des turbines seront déchiquetées dans l’installation de traitement de Veolia dans le Missouri, puis utilisées en remplacement du charbon, du sable et de l’argile dans les usines de fabrication de ciment à travers les États-Unis, », avait alors déclaré GE.

 

Cet été, la société danoise Ørsted, une importante entreprise d’énergie renouvelable, s’est engagée à « réutiliser, recycler ou récupérer toutes les pales d’éoliennes de son portefeuille mondial de parcs éoliens terrestres et offshore lors de leur mise hors service. »